Entrepriseszzz

Le Cnam, une école du courage

Le Conservatoire, qui a délivré son premier diplôme d’ingénieur en 1924, a depuis toujours fait office d’ascenseur
social en s’adressant d’abord aux adultes.
L’image traditionnelle du Cnam est celle d’une école du courage car la plupart des auditeurs suivent des cours au moins un soir par semaine de 18h à 21h, et le samedi matin.
Cela pendant plusieurs années pour ceux qui visent des diplômes d’ingénieur ou des masters.

Jeune géomètre n’ayant pas les moyens de s’acheter une officine, Roger Garet est aspiré par l’appel d’air du nucléaire au début des années 60.
Il s’inscrit dans la filière du Cnam et sort diplômé en 1968.
Dix ans plus tard, il est nommé à la tête de CisBio, filiale du CEA spécialisée dans la mise au point de produits diagnostiques en médecine nucléaire qui emploie 250 chercheurs.
Si, avec le temps, il garde le souvenir «exaltant» d’une «épopée qui marque», il avoue avoir passé plus d’une nuit blanche, à raison de 10 à 12h de travail personnel pour 1h de cours de math.

Le Cnam, une école pour «changer de vie»

On voudrait pouvoir citer toutes les personnes dont le passage au Cnam a changé la vie : Valérie, à qui sa maîtrise d’Administration économique et sociale n’ouvrait pas beaucoup de portes et qui est devenue chef de projets dans la région parisienne,
Jean-Pierre, comptable titulaire d’un simple BEP. Il voulait décrocher un diplôme correspondant à ses 12 années  d’expérience professionnelle et est aujourd’hui titulaire du DSCG.
Mais encore Odile, ce professeur d’histoire, devenue consultante dans l’industrie, ou Virginie, ancienne infirmière devenue aujourd’hui informaticienne…

Des professionnels qui enseignent à des professionnels :

Le Cnam est l’un des rares bastions du système éducatif ou élèves et enseignants disent du bien les uns des autres.
- Coté profs «C’est génial d’avoir des élèves adultes, bosseurs et super motivés.»
- Coté élèves : «C’est que les profs du Cnam sont géniaux dans le soutien et l’encouragement» explique Sébastien, un homme au parcours atypique.
D’ailleurs, les enseignants du Cnam, parmi lesquels on trouve nombre d’anciens élèves, manquent rarement de manifester leur admiration pour leurs élèves.
«La sensation d’écoute tout à fait particulière que l’on trouve dans une salle de cours du Cnam impose le respects» souligne Serge Hercberg, directeur de l’ISTNA (institut scientifique et technique de la nutrition et de l’alimentation.
En outre, face à un auditoire ayant déjà vécu une expérience professionnelle, l’enseignant doit accepter le dialogue «Le plus souvent, les élèves étalent devant moi les pièces d’un puzzle que je reconstitue
sous leurs yeux. Ainsi, ils voient plus clair dans les enjeux de l’entreprise. Explique Émile Dujardin, consultant en ressources humaines et professeur au Cnam.
Ces échanges sont favorisés par un mode de recrutement des enseignants, très souvent issus de l’univers professionnel.
D’ailleurs, les enseignants du Cnam Picardie sont des vacataires : ils exercent leur métier le jour et dispensent leurs cours le soir. Comme leurs élèves, ils ont plusieurs vies.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Trouver une formation au
Cnam Picardie

Trouvez une Unité d'Enseignement