Culture scientifique et recherche

CONFERENCE-DEBAT : La mondialisation tue-t-elle l’innovation ?

Mondialisation, Innovation et Société
La mondialisation tue-t-elle l’innovation ?

CONFERENCE-DEBAT

 


Lundi 7 mars 2011
Cnam Picardie- Avenue des facultés à Amiens
18h -19h30


Résumé:

La mondialisation soumet les activités humaines à la Loi du profit et à une compétition sauvage sur le marché mondial.
Dominée par des logiques financières et hégémoniques mondiales, elle favorise l’innovation technologique dans le but d’augmenter le rendement du capital  et de conquérir des parts de marché.
Dans la mondialisation, une chose n’existe qu’à partir du moment ou elle s’insère dans un marché, un échange, c'est-à-dire une relation achat-vente.
Une chose  n’a de valeur que si elle contribue à la plus value du capital : Ceux dont la productivité baisse sont éliminés par le système.
L’entreprise en est l’institution maîtresse, dont le but est de créer de la richesse au profit du capital.
L’investissement privé est le seul moteur du développement.

Dans ce cadre, l’innovation devient destructrice dans le sens ou elle est conçue pour créer de la richesse ; sous la forme de  nouvelles applications, d’amélioration de solutions existantes ou de production,  avec pour seul objectif la commercialisation ..
Elle procède d’une logique de substitution, car elle est utilisée pour remplacer ce qui existe ;
Elle devient également un instrument d’appropriation et de puissance  qui obéit cette fois à une logique d’élimination : l’innovation permet en effet de rendre obsolète  l’offre du concurrent et de le détruire.
Enfin, la logique mondialiste conduit à une rétention d’innovation : exemple, dans l’industrie pharmaceutique: tant qu’une molécule continue de se vendre, la suivante  n’est pas commercialisée, même si des vies humaines en dépendent probablement ;
Autre  phénomène constaté dans le secteur pharmaceutique : la propriété  intellectuelle  est prioritaire par rapport à la vie  humaine, la trithérapie contre le sida en Afrique du sud en est l’illustration.
La mondialisation conduit donc à une forme très particulière d’innovation : Une innovation guerrière.  
Une notion étriquée de l’innovation qui ne retient que la dimension technologique de l’innovation, laissant de coté sa dimension sociale.
L’impact de telles pratiques sur la société n’est pas évalué
Pourtant, en 20 ans,  la population  planétaire passera de 6 à 8 milliards d’habitants,   dont une proportion importante n’aura pas accès à l’eau
Dans le cadre libéral actuel,  la puissance scientifique ne sera pas utilisée pour améliorer la vie de tous.

Alors…

- La mondialisation tue-t-elle l’innovation ?
- Pouvons–nous laisser un phénomène économique  satisfaire nos intérêts économiques au détriment du bien du bien être de l’humanité ?
- En avons nous mesuré toutes les conséquences ?
- Comment encadrer la mondialisation pour anticiper et  contrôler les prévisibles dommages collatéraux ?

Il convient, dans le contexte  actuel de la mondialisation de redéfinir rapidement l’innovation  par rapport au droit de vivre de l’humanité ; de réfléchir au bien commun et de considérer l’existence de l’autre  comme une condition à notre propre existence.

Intervenants :

- Pascal ALBERTI,  Enseignant Chercheur à l’UTC de Compiègne, management de l’Innovation  -  
- Christophe SORET,   Responsable de l'antenne INPI Picardie - Direction Appui aux Entreprises et à la Recherche
- Frédéric LEBARON,  UPJV, Directeur du CURAPP - ESS  (Centre universitaire  de recherche sur l’action publique et le politique- épistémologie et sciences sociales)   

Public : Tout public  Grand public.
Contact : Carole BLERIOT 03 22 33 65 55,  bleriot@cnam.fr

N° VERT de pré réservation : 0 800 02 60 80                                                


ENTREE LIBRE ET GRATUITE
VENEZ NOMBREUX !!

Inscrivez-vous à notre newsletter

Trouver une formation au
Cnam Picardie

Trouvez une Unité d'Enseignement