Culture scientifique et recherche

Enki Bilal au musée des arts et métiers

Le Musée des arts et métiers présente, en collaboration avec 9e Art+, organisateur du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, du 4 juin 2013 au 5 janvier 2014, une exposition exceptionnelle associant l’oeuvre d’Enki Bilal au patrimoine scientifique et technique du Musée des arts et métiers.

« Je fonctionne par imprégnation et par obsession, et je ne suis pas arrivé au bout de mon monde. » Enki Bilal

Mécanhumanimal propose la rencontre d’un créateur multimédia et visionnaire avec un lieu exceptionnel et une collection scientifique unique au monde. Un dialogue aussi inattendu qu’évident. Inattendu dans sa forme, une exposition-installation, un parcours au cœur de l’esthétique familière et fascinante d’Enki Bilal, et de son univers porté par des visions fantasmées et prophétiques. Évident sur le fond, l’œuvre d’Enki Bilal et les collections du musée – chambre d’écho de l’innovation industrielle et technologique, du progrès scientifique, du bien commun – entrent en résonnance, font émerger un
singulier dialogue. Naissance de Mécanhumanimal.

Enki Bilal au musée des arts et métiers « Je fonctionne par imprégnation et par obsession, et je ne suis pas arrivé au bout de mon monde. » Enki Bilal

Les images d’Enki Bilal sont immédiatement reconnaissables, évoluant du noir et blanc à la couleur, de l’encre de chine et des hachures à l’acrylique et aux pastels, de la bande dessinée au cinéma et à l’art contemporain. Elles nourrissent l’imaginaire de centaines de milliers de lecteurs et de spectateurs. Poète de l’image, né en 1951, Enki Bilal ne peut se satisfaire d’un matérialisme qu’il ne cesse de réinterpréter selon ses vues. À ce titre, il ne se considère pas comme un auteur réaliste.
« Deux choses m’ennuient : la reproduction du réel et les changements du réel, je ne veux ni être dans le calque, ni dans le train qui suivrait l’actualité. Je suis de plain-pied dans le réel, mais un réel qui aurait été brouillé, relu, vicié par une mémoire devenue déficiente.»

L’installation permet de revisiter une oeuvre qui court des années 1970 à aujourd’hui, à travers les thèmes comme « l’humain », « la machine », « les conflits », « l’animal » et « la planète » que l’artiste place au centre de ses préoccupations. Toute la diversité de ces travaux s’y trouve : une centaine de planches originales, de dessins et de toiles sont présentés, ainsi qu’une sélection d’objets, étonnants et rarement exposés, sélectionnés par Enki Bilal et issus des collections du Musée des arts et métiers Mécanhumanimal est aussi une exploration. Quels liens entre l’homme, l’animal et la machine ? Fruit de cette exploration : cinq toiles inédites, mais aussi les réflexions de chercheurs, d’intellectuels et d’artistes invités par Enki Bilal à livrer leur vision de ce qu’évoque pour eux cet énigmatique Mécanhumanimal. Ces contributions exceptionnelles sont réunies dans le livre Mécanhumanimal, publié par Casterman en juin 2013.

En complément à l’installation imaginée par Enki Bilal, des dispositifs originaux conçus pour l’exposition par Dassault Systèmes et Alain Mikli International, réalité augmentée, 3D, images tactiles… proposent aux visiteurs d’aller encore plus loin dans l’expérience Mécanhumanimal. Autant de clés de lecture et d’approches qui éclairent aussi bien l’œuvre que l’intervention inédite d’Enki Bilal dans le cadre prestigieux du Musée des arts et métiers.

Plus d'infos : http://enkibilal.arts-et-metiers.net/

 

 

 

 


Mécanhumanimal, Enki Bilal au Musée des arts et... par musee_des_arts_et_metiers

Inscrivez-vous à notre newsletter

Trouver une formation au
Cnam Picardie

Trouvez une Unité d'Enseignement